Panier: 0

Alain Joubert Nicole Espagnol

Chroniques de la boîte noire

Chroniques de la Boîte noire - Images-échos de Nicole Espagnol

Au début des années 2000, La Quinzaine littéraire de Maurice Nadeau a ouvert ses colonnes à une rubrique régulière d’Alain Joubert, intitulée La Boîte noire. Il y relatait une lecture particulière de certains romans noirs, – le plus souvent oubliés par la critique, s’interrogeant sur les liens avec d’autres œuvres ou situations, sachant que chaque événement contient par nature sa boîte noire, révélatrice du « masqué », du « dissimulé » ou de l’« inconscient » qui ont provoqué son existence. Pour l’auteur, une vérité non exprimée s’y dissimule et un nouvel éclairage pouvait donc en dessiner les contours. Aux quinze chroniques ici réunies (2002-2004), se sont ajoutés deux textes également publiés par La Quinzaine littéraire dans ses numéros spéciaux d’été de « l’écrivain en colère » (été 2002) et du « roman policier » (été 2003). 17 photos de Nicole Espagnol accompagnent, dans une sorte d’écho visuel, chaque début de texte.

Alain Joubert découvre le surréalisme en 1952 et, trois ans plus tard, rencontre André Breton. Il participe dès lors à toutes les activités surréalistes, revues, expositions, prises de positions politiques, manifestes collectifs, jusqu’à l’autodissolution du groupe décidée par la déclaration SAS, rédigée en 1969 à son initiative. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages, nouvelles, poèmes, essais, chroniques, parmi lesquels Treize à table-plus deux (L’Écart absolu, 1998), Le Mouvement des surréalistes ou le fin mot de l’histoire (Maurice Nadeau, 2001), Une goutte d’éternité (Maurice Nadeau, 2007), Le Passé du futur est toujours présent (Ab Irato, 2013), La Clé est sur la porte (Maurice Nadeau, 2016), Le Cinéma des surréalistes (Maurice Nadeau, 2018) ou encore, L’Autre côté des nuages (Ab Irato, 2020)

978-2-86231-295-8  19 €

 

 


En savoir plus...

Patrick Froissart

Li Ann ou Le Tropique des chimères

En librairie le 21 janvier 2021

S’inscrivant dans une trame réaliste, celle de la vie quotidienne d’un grand lycée dans un archipel tropical fictionnel, se déroulent les péripéties d’un récit polyphonique dramatisant, un chassé-croisé tragi-comique de séduction, dont le proviseur Jean Martin est le personnage pivot.

Exploitant la rivalité entre ses adjoints, l’acariâtre Simone et le débonnaire Lucas, Martin, tenu pour autoritaire dans l’exercice de sa fonction, est un être veule dans l’intimité, manipulé et exploité par sa concubine Michelle et ses deux filles d’une part, soumis au machiavélisme amoureux de son assistante Jacqueline, femme libérée, d’autre part.

C’est dans l’écheveau de cet imbroglio théâtral plein d’humour, où se disputent jeux de mots et crocs en langue, que surgit Li Ann, jeune contractuelle, qui, personnage initialement insignifiant d’apparence candide, accède progressivement à un rôle de premier plan.

Né en 1947 à Condé sur l’Escaut, dans le Borinage, région franco-belge minière située entre Valenciennes et Mons, Patryck Froissart, est entré à l’Éducation Nationale en 1966 dans l’académie de Lille. Il a enseigné successivement dans le Nord, au Maroc, dans le Cantal, à La Réunion, à Narbonne et à Mayotte, avant d’occuper des postes de direction dans des collèges et des lycées de La Réunion et de Maurice et d’effectuer des missions de coopération éducative au Cameroun, en Oman, en Mauritanie, au Rwanda, en Côte d’Ivoire. Écrivain, poète, il chronique régulièrement dans le magazine La Cause littéraire.

 


En savoir plus...