Panier: 0

Nadeau, Maurice

Soixante ans de journalisme littéraire - Les années Lettres Nouvelles

En souscription jusqu'au 8 octobre 2020. 32 euros (au lieu de 39 €) + 1 euro de participation aux frais d'envoi. Frais d'envoi remboursés si prise à la librairie des éditions Maurice Nadeau, 5 rue Malebranche Paris Ve à partir du 3 septembre 2020.

Succédant aux Années Combat (1945-1951), ce second tome de Soixante ans de journalisme littéraire, préfacé par Tiphaine Samoyault, rassemble l’intégralité des textes littéraires de Maurice Nadeau parus de 1952 à fin 1965 dans les journaux L’Observateur et L’Express, Le Mercure de France, Les Temps Modernes et sa propre revue Les Lettres Nouvelles.

Soixante ans de journalisme littéraire bénéficie du soutien du Centre National du Livre au motif qu’il représente, outre « un travail éditorial impeccable », « un outil de premier ordre pour les chercheurs qui travaillent sur l’âge d’or de la critique. » 

Soixante ans de journalisme littéraire relate un itinéraire hors du commun où édition, journalisme littéraire et batailles d’idées sont étroitement mêlés pour définir en creux une personnalité. Les années Lettres Nouvelles c’est Sade, Gide, Léautaud, Artaud, Giono, Malraux, Céline, Cendrars, Sartre, Camus, Miller, Queneau, Blanchot, Genet, Beckett, Barthes, Bataille, Simon, Char ou Michaux. 

Un recueil où s’affirme, dans la dénonciation de la torture en Algérie et la défense des écrivains contre l’étouffoir stalinien, une puissance d’analyse littéraire et politique hors du commun, durant ces années de la décolonisation, de la crise du stalinisme et de l’avènement de la société de consommation.

Un tome III couvrira prochainement les années de la parution de La Quinzaine littéraire que Maurice Nadeau a fondée et dirigée pendant 47 années (1966-2013).

Maurice Nadeau (1911-2013) a commencé en 1945 sa carrière à Combat, le quotidien d’Albert Camus et Pascal Pia. Il y a dirigé une page littéraire hebdomadaire de 1946 à fin 1951. Puis critique littéraire à France Observateur et à L’Express, il fut aussi directeur de collection chez Corrêa où il a fait connaître Malcolm Lowry, Henry Miller et Lawrence Durrell. Tout en animant sa revue, Les Lettres Nouvelles, de 1956 à 1976, il a poursuivi son travail de découvreur chez Julliard (Bruno Schulz, Witold Gombrowicz, Georges Perec) puis chez Denoël (Walter Benjamin, Hector Bianciotti, Varlam Chalamov, Angelo Rinaldi, Leonardo Sciascia) avant de fonder sa propre maison d’édition. Il y a édité notamment parmi les plus connus, Thomas Bernhard, J.?M. Coetzee, Stig Dagerman, Michel Houellebecq, Mathieu Riboulet. Fondateur de La Quinzaine littéraire qu’il a dirigé de 1966 jusqu’à sa mort en 2013, il a fédéré autour de lui un ensemble de collaborateurs qui aujourd’hui animent collectivement la revue littéraire en ligne En attendant Nadeau, co-dirigée par Tiphaine Samoyault et Jean Lacoste.

 

 

En savoir plus...

Premières recensions :

 

Un article de Jean-Louis Coatrieux dans Le Capital des mots :

http://www.le-capital-des-mots.fr/2020/07/le-capital-des-mots-jean-louis-coatrieux.html

ainsi que sur le site de la revue Traversées :

https://revue-traversees.com/2020/07/14/maurice-nadeau-le-journalisme-litteraire-plus-quune-passion-une-vie/

Extrait :

"Impossible bien entendu de lire un tel ouvrage au fil de l’eau. Car s’il s’ouvre sur Albert Camus, Julien Gracq, Samuel Beckett, Edgar Morin, un vrai festin pour le lecteur, l’ensemble est à picorer au hasard des pages et des noms, connus ou inconnus. Toutes les grandes figures littéraires contemporaines de notre pays sont là, certaines plus que d’autres comme Paul Léautaud, Henri Michaux, Simone de Beauvoir, Maurice Blanchot, Raymond Queneau, Marguerite Duras, Claude Sarraute, Roland Barthes, Michel Leiris, Claude Simon, Romain Gary. Force est de constater aussi une certaine parcimonie dans les comptes rendus des œuvres de Sartre et de Malraux (« Les mots » pour le premier, « La métamorphose des Dieux » pour le second font exception). Quelques retours en arrière ponctuels avec Baudelaire, Kafka et Mallarmé. Maurice Nadeau analyse, critique, en résume parfois, rarement, l’histoire. Il n’hésite pas à dire et à répéter son admiration pour William Faulkner, Proust et Céline."

 

un article de fond de René Ceccatty dans Les Lettres Françaises (juillet-août 2020) sous le titre "Probité de Maurice Nadeau"

Extrait : 

"Probité est le premier mot qui vient à l’esprit quand on lit les critiques de Maurice Nadeau, dont le deuxième tome, qui recoupe des années cruciales dans l’histoire littéraire française (1952-1965) et dans la carrière professionnelle de l’auteur (qui fonde ses propres Lettres nouvelles et donne donc le ton de ce qu’il estime être une littérature essentielle). Une probité qui se manifeste particulièrement dans ses attaques de livres qu’il n’aime pas ou de positions intellectuelles qu’il réprouve. Car alors il est rare qu’il ne précise pas les limites de ses propres points de vue, ses raisons, et qu’il ne reconnaisse pas à l’adversaire des qualités. On sait les reproches qu’il fit à Aragon, qui n’était pas son ami, et de manière plus générale et idéologique aux dérives staliniennes du communisme. Mais il n’allait jamais jusqu’à l’acharnement ou à l’oukase, loin de là, on le verra. Et jamais jusqu’à la condamnation de principe. Probité est du reste le mot dont il usera pour définir ce que doit être, selon lui, le rapport d’un écrivain à la littérature, dans son premier éditorial ou sa note d’intention définissant, dans leur premier numéro, Les Lettres nouvelles : « Nous voulons donner à cette voix la possibilité de se faire mieux entendre, en laissant les gloires assises à leur admiration mutuelle, les vedettes et chefs de files à leurs querelles ou leurs parades, en accueillant tous ceux qui ont quelque chose à dire et qui s’efforcent de le dire aussi bien que possible. Il suffit que le moins averti de leurs lecteurs perçoive l’adéquation de leurs moyens à la fin qu’ils se sont donnée, autrement dit : leur probité. »..."

Retour

€ 32.00